MOOC
-A +A

Des réseaux pour comprendre le monde

Les universités Paris Sorbonne et Paris Diderot lancent bientôt un nouveau MOOC sur l’analyse des graphes et réseaux en sciences sociales à travers les regards croisés de spécialistes. Il est ouvert au grand public. Nous avons rencontré Fanny Cans-Lagneau, coordinatrice du MOOC pour Paris Sorbonne et Claude Grasland, enseignant-chercheur à Paris Diderot.

D’où vient l’idée de cette collaboration ?

Fanny Cans-Lagneau précise qu'il ne s'agit pas du premier MOOC de géographie. Il s'agit du troisième sous la direction de Denise Pumain, professeure émérite de géographie à la Sorbonne. Le premier concernait la Première loi de la géographie (s'énonçant ainsi « Tout interagit avec tout, mais deux objets proches ont plus de chances de le faire que deux objets éloignés » Waldo Tobler), le second Les villes du monde en système et ce dernier, porte sur Les réseaux et graphes en géographie et en sciences sociales avec la particularité d’être collaboratif.

Les deux universités ont commencé par concevoir un cours numérique sur les « Ressources de l’Afrique » en collaboration avec des chercheurs d'autres universités, notamment africaines. Puis, des enseignants-chercheurs spécialistes de cet autre domaine ont été choisi par Denise Pumain. Pour Claude Grasland, cette collaboration s’est particulièrement bien passée car « Il existait déjà en effet des liens entre les enseignants de l'Unité Mixte de Recherche Géographie-cités (Paris Sorbonne, Paris Diderot et le CNRS) et de certaines formations communes aux deux universités. » 

Un projet transversal et collaboratif

Le graphe, terme mathématique, permet de visualiser et de représenter des réseaux de différentes natures : transports, relations, informations. C’est donc un outil de traitement et de représentation des données. Ici, on s’intéresse à ses applications en sciences sociales, notamment en géographie, en aménagement du territoire, ou en sociologie. Cette approche transversale favorise les regards croisés, comme le souligne Claude Grasland. 

En effet, les exemples sont empruntés à différents réseaux : sociaux, géographiques, économiques... et, même si les intervenants sont majoritairement des géographes, comme Claude Grasland, on compte aussi un historien des réseaux, Nicolas Vernier, parmi les enseignants sollicités. En raison de son appartenance au service des usages numériques, Fanny Cans-Lagneau coordonne le MOOC : découpage et montage des séances. Elle développe son travail : « l’équipe pédagogique élabore un plan de découpage sur plusieurs semaines. Les intervenants vont alors enregistrer un certain nombre de vidéos assez courtes (maximum dix minutes pour une attention optimale) comprenant une présentation synthétique du cours et beaucoup de supports, images, animations, schémas, cartes... On a tourné en studio et en extérieur, par exemple à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette. La post-production est une partie importante du travail, avec le sous-titrage obligatoire entre autres. Enfin, le MOOC est mis en ligne. »

Claude Grasland, lui, est intervenu sur l'étude des "réseaux sociaux" : « non pas au sens de Google, Facebook ou Twitter mais au sens de la social network analysis développée par les sociologues américains dans les années 1960 puis diffusée vers les autres disciplines de sciences sociales, notamment en France.» Par le biais d'exemples empiriques (concours de l'eurovision, géopolitique des relations internationales, ...), et d'initiation à un logiciel simple de création et de description de graphe nommé Visone, il nous invite à l'analyse spatiale des phénomènes sociaux, son domaine de prédilection. Déjà pour sa thèse sur l'effet des frontières sur les comportements démographiques en Europe, il utilise les graphes pour « cartographier les zones homogènes puis analyser les relations de domination liées aux flux économiques ou démographiques ».

« L'équipe était très professionnelle et l'expérience très positive ! Le MOOC n'étant ouvert que pour une durée limitée, je propose de diffuser certaines de mes réalisations sur d'autres plateformes. » nous confie Claude Grasland.

Un outil numérique innovant et démocratique

Pour Fanny Cans-Lagneau, ce projet a un double intérêt : ouvert au grand public, il entre dans le cadre de la communication scientifique et, en même temps, il constitue un support de cours pour les étudiants à partir de la troisième année de licence, mais aussi pour les enseignants. 

Si Claude Grasland nous confie ne pas être un adepte des MOOCs, il utilise massivement la pédagogie inversée et la plupart de ses cours sont en ligne sur Moodle. 

Cet outil innovant répond donc aux enjeux liés au développement du numérique tout en représentant un nouveau pas vers la démocratisation du savoir.

 

Pour vous inscrire ... 

N’oubliez pas de vous inscrire ici jusqu'au 10 décembre. 

Participez entre le 6 novembre et le 21 décembre.

 

UFR Géographie, Histoire, Economie et Sociétés

L’UFR GHES s’inscrit dans le domaine des Lettres, sciences humaines et sociales (LSHS), en recherche et formation. Sa structure pluridisciplinaire, entre Géographie, Histoire et Economie et son insertion internationale assurent son originalité à l'...