Initiative étudiante
-A +A

L'émission était presque parfaite !

Vous aimez le cinéma ? Vous allez adorer la nouvelle émission de divertissement, L’émission était presque parfaite, animée par Aurélien Rapatel, étudiant en première année de Master Cinéma, documentaire, média à Paris Diderot et produite par l’association Cinésept, en partenariat avec La Cinetek et la Cinémathèque française.

Au programme ? Des chroniqueurs hauts en couleur, une émission de divertissement grand public, le décryptage des nouveaux films sortis en salle. « C’est une émission de divertissement sur le cinéma, ouverte à tous et interactive, où les auditeurs peuvent s’amuser en compagnie de nos chroniqueurs » confirme Aurélien. 

DES CHRONIQUEURS HAUTS EN COULEUR 

L'émission est rythmée par les interventions de chroniqueurs à la fois drôles, ayant le sens de la répartie et sachant improviser. Les chroniqueurs de L'émission était presque parfaite, ont déjà une identité bien définie ! Ils sont au nombre de 3 et forment le noyau dur de l'émission : Paula, étudiante en première année de Master Etudes Anglophones à Paris Diderot, Elsa et Dante, étudiants en première année de Master de Cinéma. A chaque nouveau podcast, l'animateur s'amuse à nous les présenter de manière cocasse :

« La première chroniqueuse a tenté de se la jouer Amélie Poulain en guidant un aveugle dans Paris, résultat des courses l’enterrement a lieu demain, c’est le retour d'Elsa la maladroite. L’affreux Dante, dont les vannes fusent plus vite que les explosions des films de Michael Bay, est également de retour ! Sans oublier notre spécialiste de la langue anglaise, j'ai nommé Paula » se moque Aurélien. 

Une émission Divertissante et grand public

Le podcast est le format idéal pour développer un contenu créatif et sans filtres. Loin d'être une simple émission de critique sur le cinéma, ces chroniqueurs passionnés de cinéma partagent, en toute liberté, leurs avis sur les films à l'affiche et des anecdotes personnelles. 

« Beaucoup d’émissions de critique du cinéma existent déjà et il y en a assez. On souhaite donc faire quelque chose de plus chaleureux et surtout accessible » explique Paula. Aurélien ajoute : « On ne cherche pas à reproduire les Cahiers du Cinéma en podcast. L’idée de départ était de réaliser une émission de divertissement autour du cinéma afin de toucher tous les publics. Nous sélectionnons un film d’auteur, un film français et un bloc buster ». 

Quiz, jeux, concours ou encore blind test... tous les moyens sont bons pour divertir les auditeurs et les intégrer à l'émission. L'équipe a d'ailleurs inventé son propre jeu intitulé "le jeu du bluffe". Le concept ? Chaque chroniqueur pioche au hasard un film sortie, les deux dernières semaines, en salle de cinéma et devra en faire la critique, qu’il l’ait vu ou non. Les autres chroniqueurs et les auditeurs devront alors deviner si le chroniqueur a vraiment vu le film ou s'il bluffe. 

L'émission était presque parfaite a également des partenariats qui lui permettent de proposer des prix à gagner lors de ses jeux-concours. « Nous avons un partenariat avec la Cinémathèque, de ce fait, nous en profitons pour parler de films moins récents pour alimenter nos débats. Nous avons mis en place un concours à chaque émission, pour faire gagner aux internautes des places pour la Cinémathèque. Et très récemment, nous avons aussi développé un partenariat avec La Cinetek qui propose un mois d’abonnement à gagner » raconte Dante. 

Le décryptage de films récents 

A chaque émission, Elsa, Paula, Aurélien et Dante, font la critique de 3 films et débattent sur l'actualité du cinéma. Ils sont devenus de vrais spécialistes dans leur domaine. « Tout le savoir que l’on a acquis durant notre formation à Paris Diderot nous sert aujourd’hui – comment appréhender un film, comment en faire la critique, nos cours théoriques nous ont vraiment permis de forger notre esprit critique. Pour le reste, c’est que de la débrouille » explique Elsa.

La réalisation de podcasts demande, en effet, beaucoup de préparation, de rigueur et des compétences que les étudiants ont dû développer en apprenant sur le tas. « On est encore en train de se faire la main. On essaie de se compléter en comptant sur les compétences de chacun. On doit savoir gérer des imprévus techniques et des situations totalement inédites pour nous. On fait en sorte de préparer du contenu écrit mais on laisse beaucoup de place à l’improvisation et heureusement que l'on peut compter sur le montage pour couper tous nos fous rires ! » raconte Paula. Car oui, L'émission était presque parfaite est avant tout 1h30 de plaisir en compagnie d'étudiants passionnés par le septième art. 

 

Ecoutez les podcasts sur Itunes, Spotify et autres plateformes : 

Et suivez l'actualité des émissions sur Twitter !