Vous êtes ici

Pédagogique innovante
-A +A

Les sentinelles de l'air

La qualité de l’air est probablement l’une des premières inquiétudes sanitaires et environnementales de ce siècle. Pour l'évaluer, des chercheurs observent, mesurent, et la modélisent grâce à différents appareils de mesure et d'analyse de l'atmosphère. 

Camille, Ambre et Manon sont étudiantes en Master Science et Génie de l’environnement, spécialité atmosphère intérieure et extérieure à Paris Diderot. Chargées de promouvoir et de maintenir ces appareils d'analyse de la qualité de l'air, elles nous expliquent d'une part l'importance de ces machines pour la recherche et d'autre part, l'expérience enrichissante que cette mission leur offre. 
 

Des missions variées et formatrices

Pour ce projet pédagogique, leurs missions sont variées. Les étudiantes surveillent plusieurs polluants réglementés (particules, dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre...) grâce aux appareils de mesure et d'analyse de l'atmosphère. Ces mesures permettent d’alimenter les outils de prévision des chercheurs, de cartographier la pollution et d’évaluer la qualité de l’air. L'accès à de telles machines leur permettent de développer des compétences indispensables pour leur travail en entreprise. Camille nous le confirme : « Ce projet nous aide beaucoup à développer des compétences pour les entreprises dans lesquelles nous travaillons en alternance. D’abord en nous rendant autonome, dans la gestion des imprévus, et surtout dans la manipulation de tels appareils ». Et Manon ajoute : « L'autonomie dont nous bénéficions nous permet de nous familiariser à notre rythme à ces appareils scientifiques. Nous pouvons naviguer dedans, faire des graphiques, nous nous exerçons sans avoir de délai imparti, cela nous aide vraiment à nous faire la main. De ce fait, lorsque l’on se retrouve en milieu professionnel avec des clients qui nous parlent d’analyseur avec des termes très techniques, nous en mesure de suivre et d’y répondre ».
 

Des outils accessibles et essentiels pour la recherche

« Nous avons la chance d’avoir un matériel de qualité avec lequel nous faisons beaucoup d’études, d’analyse et de recherche » s'enthousiasme Manon. Analyses de la pollution liée au trafic, la pollution particulaire, la pollution de l'air d’origine industrielle ou encore la pollution de l’ozone... ces appareils évaluent et donnent accès à des données indispensables pour les chercheurs de Paris Diderot. « Les étudiants doivent savoir que l’on a accès à du très beau matériel même s’il n’est pas accessible à tout le monde, c’est une prise de conscience : oui nous faisons des recherches. Et pour les scientifiques, pour qui la qualité de l’air est un sujet intéressant, nous développons un site internet où ils pourront voir la plateforme en panorama (ou 360 degrés) avec une description très précise de chaque machine » explique Ambre. 

Les objectifs de ce projet sont nombreux, à la fois pédagogiques et scientifiques, et permettent la sensibilisation de la communauté universitaire à l’environnement. Un sujet important pour nos étudiantes : 

« J’ai l’impression que les gens se rendent compte aujourd’hui des effets de la pollution sur le climat et se sentent plus impliqués. On n’a pas envie que nos enfants subissent nos erreurs. C’est pourquoi il est important de promouvoir ces recherches pour dire : « Regardez l’université vous offrent ces formations pour travailler et agir pour l’environnement » » nous dit Manon. 

« C’est un sujet d’actualité, c’est le quotidien de tout le monde. Au sein de l’université on fait des recherches pour faire bouger les choses » s'exprime Camille.

« Même au sein de l’université, il y a des docteurs, des chercheurs, des étudiants qui sont là pour travailler sur la qualité de l’air, de l’eau, des matériaux. La recherche prend du temps mais nous cherchons des solutions et il y en a qui sont d’ailleurs développées au sein de ce master » raconte Manon.

« C’est important que tout le monde sache que si nous parlons de ces problèmes environnementaux, ce n’est pas uniquement pour faire peur mais c’est parce qu’il y a des solutions qui se développent » rassure Ambre.  

 

 

Le saviez-vous ? L'université Paris Diderot dispose d'autres plateformes pédagogiques innovantes environnementales.

Dans le cadre de la Licence Professionnelle Techniques Physiques des Énergies (TPE), des éoliennes ont été installées dans des environnements urbains pour comparer la puissance électrique générée par une éolienne classique (à hélices) et des éoliennes spécifiques (à axe verticale de type Savonius). 

Il existe également un panneau solaire photovoltaique sur le toit du bâtiment Condorcet de Paris Diderot.

Ces deux plateformes permettent ainsi de produire de l'électricité "écologique" selon deux modes : éolien ou solaire.

 

M2 SGE Spécialité Atmosphères intérieure et extérieure (AIR)

Mesurer, gérer, concevoir l'air que nous respirons demain.