Compétition
-A +A

Robin Cocouvi qualifié pour le Master'U BNP Paribas

A l’occasion du Master’U BNP Paribas, nous avons rencontré Robin Cocouvi, étudiant en licence d'économie à Paris Diderot selectionné pour cette grande compétition universitaire qui a eu lieu du 30 novembre au 3 décembre dernier. En s'inclinant au 1er tour face aux USA, la France a terminé cinquième. Robin s'est démarqué en battant deux joueurs classés à l'ATP (classement professionnel de tennis), le 540ème et le 648ème. Il nous en dit plus sur sa préparation et comment il a réussi à allier ses études et sa passion.

Pourquoi avez-vous choisi de faire vos études à Paris Diderot ?

J’ai commencé mes études à l’université de Paris Dauphine mais comme cela devenait bien trop compliqué d’allier mon sport et mes études, j’ai préféré changer de fac. Le tennis me prend énormément de temps et donc il me fallait une université qui puisse s’adapter à mon rythme de vie. C’est Thierry Barrière, responsable du service des sports, qui m’a conseillé de venir à Paris Diderot. Nous faisons partie du même club de tennis et il m’a toujours soutenu dans le sport comme dans mes études.

Depuis combien de temps jouez-vous au tennis ?

Je joue au tennis depuis l’âge de 6 ans. C’est mon père qui m’a transmis cette passion puisqu’il pratiquait le même sport. Et voir Federer m’a aussi donné envie de jouer. C’est un sport qui demande beaucoup d’investissement et d’autonomie. Le plus difficile pour moi c’est lorsque je dois partir en déplacement, loin de chez moi, pour des tournois et que je me retrouve seul. C’est vrai que c’est un sport individuel et parfois ce n’est pas facile, surtout après une défaite. Mais il y a quand même les bons moments. Aujourd’hui mes efforts commencent à porter leurs fruits, je vis de belles expériences. Cet été par exemple j’ai participé aux Universiades (compétition internationale universitaire multi-sports organisée par la Fédération internationale du sport universitaire) et c’est toujours un plaisir de jouer pour représenter la France.

Qu’est-ce que le Master’U BNP Paribas ?

C’est est une compétition qui a toujours lieu en France. Elle réunit huit pays (Etats-Unis, Chine et Russie par exemple) qui constituent des équipes de six joueurs (trois filles et trois garçons). La compétition se joue en sept rencontres : deux simples filles, deux simples garçons et trois doubles. Elle est souvent remportée par les Etats-Unis. Pour ma part, c’est la deuxième année que j’y participe.

Avez-vous participé à d’autres grandes compétitions ?

Oui j’ai été sélectionné plusieurs fois pour les Jeux Olympiques Universitaires qui réunissent 10 000 étudiants de haut niveau. J’ai également eu la chance de participer au Championnat de France de nombreuses fois.

Les équipes participant au Master’U BNP Paribas sont-elles toutes du même niveau ?

Les 100 meilleurs français ont un classement. Je suis le numéro 87 français. Les autres pays n’ont pas vraiment le même système de classement qu’en France. En règle générale il n’y a que de très bons joueurs. L’année dernière par exemple un joueur américain avait participé à l’US Open.

Qu’attendez-vous de cette compétition ?

J’aimerais faire mieux que l’an passé : nous étions arrivés cinquième malgré le fait que j’avais gagné tous mes matchs. Cette année j’aimerais qu’on soit sur le podium. Le plus difficile dans cette compétition c’est le travail d’équipe, ça ne suffit pas de gagner ses matchs individuels. Mais c’est ce qui fait de cette compétition un véritable challenge : on doit compter sur l’équipe alors que le tennis est un sport individuel.

Comment arrivez-vous à gérer votre emploi du temps ?

Ce que j’apprécie à Paris Diderot c’est que je peux arranger mes cours en fonction de mes entrainements grâce à un enseignement à la carte. En effet, je consacre deux heures et demie par jour au tennis. Et il faut que je sois toujours disponible pour un éventuel tournoi. Cette université me permet de choisir les cours qui m’avantagent le plus en fonction des horaires. C’est quelque chose qui n’était pas possible à Paris Dauphine. Cette année je n’ai pas eu besoin d’aménagement particulier, j’ai pu organiser tous mes cours en fonction de mes entrainements. J’ai trouvé mon rythme et j’essaie toujours de m’organiser au mieux. Je m’entraine tous les après-midi après mes cours et parfois en soirée.

Qu’est-ce que cette compétition représente pour vous ?

C’est un plaisir de jouer pour représenter la France. Il y a encore quelques années, je ne m’imaginais pas arriver à ce niveau-là.

Quels sont vos prochains objectifs sportifs ?

J’aimerais faire les prochaines Universiades 2019 à Naples.